Il me semble important aujourd’hui dans le cadre de mon travail de photographe de témoigner des coutumes et des traditions qui s’ombrent progressivement dans l’oublie. Les populations semi nomades du Changtang, de par leur isolement géographique, résistent tant bien que mal à l’uniformisation des modes de vie. Cette série met en image la beauté et la fierté de ces hommes et de leur montures sur ces hauts plateaux himalayens et ainsi rendre éternelle la pratique équestre menacée par les nouveaux moyens de transport.